Comment faire une reconversion professionnelle quand on est au chômage ?

comment faire une reconversion professionnelle quand on est au chomage

Sommaire

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Vous êtes au chômage et ne trouvez pas de travail dans votre domaine ? Pourquoi ne pas opter pour une reconversion professionnelle ? La reconversion professionnelle peut faire peur, mais sachez qu’elle est véritablement entrée dans les mœurs ces dernières années. D’après les sondages, 9 Français sur 10 l’ont déjà envisagée et entre 30 et 40% ont sauté le pas. Alors, pourquoi pas vous ? 

De multiples organismes guident les adultes dans leurs projets professionnels, chez Doceo Formation, par exemple, nous accompagnons les futurs formateurs dans leur reconversion professionnelle ! À vous de trouver l’organisme le plus adapté à vos objectifs. Quant au financement, ne vous inquiétez pas. Le gouvernement a mis en place plusieurs dispositifs pour aider les chômeurs dans leur phase de reconversion.

Trouvez votre projet de reconversion professionnelle

Au moment de définir votre projet de reconversion professionnelle, de nombreuses opportunités s’offrent à vous ! Vous pouvez rester dans un domaine proche du vôtre ou vous orienter vers un métier totalement différent ! Les formations sont là pour ça ! Soyez donc ouvert à tout ! Plusieurs axes peuvent vous servir de piste dans vos recherches.

Ce que vous recherchez dans votre nouveau métier

Profitez de votre reconversion pour vous orienter dans un domaine qui vous plaît et dans lequel vous vous épanouirez. Voyez cette reconversion comme une deuxième chance de trouver votre voie !

N’hésitez pas à réaliser une introspection et à déterminer ce qui vous plaît, ce que vous aimez faire, quels domaines vous intéressent, et au contraire ce que vous n’aimez pas faire.

Réfléchissez aussi plus spécifiquement au travail et à ce que vous attendez concrètement de votre emploi. Ces exercices devraient vous apporter quelques pistes de recherche.

Ce que vous savez déjà faire

Vos connaissances et compétences peuvent constituer un second point de départ dans votre réflexion. Ne songez pas seulement à vos compétences professionnelles, vous pouvez aussi avoir acquis de multiples connaissances dans divers domaines tout au cours de votre vie. Pour faire le point, il peut être extrêmement intéressant de réaliser un bilan de compétences auprès d’un consultant. Nous y reviendrons !

Ce que les employeurs recherchent

Intéressez-vous au marché de l’emploi ! Rien ne sert de vous lancer dans une branche engorgée, vous risqueriez de vous retrouver au chômage à nouveau ! Déterminez les secteurs qui recrutent. Vous serez peut-être intéressé par l’un d’entre eux !

Si vous envisagez de créer votre propre entreprise, n’hésitez pas à réaliser une analyse marketing du secteur vers lequel vous souhaitez diriger votre activité. Il faudra vous démarquer pour attirer les clients !

Réalisez un bilan de compétences  

Après avoir défini plusieurs voies de reconversion possible, nous vous conseillons de procéder à un bilan de compétences. Si vous n’avez encore aucune idée de l’orientation que vous souhaitez donner à votre carrière, réaliser un bilan vous permettrait alors d’établir des pistes de reconversion.

Le bilan de compétences se réalise auprès d’un consultant qui vous aidera à déterminer vos connaissances, compétences et aptitudes professionnelles et personnelles. Il se déroule en trois étapes :

  • Une étape préliminaire pour faire le point sur votre situation et les raisons de votre démarche ;
  • Puis une phase d’investigation pendant laquelle vous exposerez votre projet de reconversion et effectuerez des tests pour déterminer vos savoir-faire ;
  • Le bilan final pendant lequel vous peaufinerez votre projet professionnel en fonction de vos résultats aux différents tests. Le consultant reviendra sur les compétences que vous maîtrisez et celles que vous devez acquérir. Il vous orientera ainsi vers des formations adaptées.

Le bilan de compétences vous permettra donc d’affiner votre projet de reconversion professionnelle et d’établir un plan pour sa mise en œuvre.  

Suivre une formation adaptée

À l’issue de votre bilan de compétences, votre consultant devrait vous orienter vers une formation adaptée. Si vous vous dirigez vers un domaine assez proche de votre ancien métier, vous pourriez déjà posséder de nombreuses connaissances, auquel cas une formation courte basique devrait vous suffire. Dans certains cas, une Validation des Acquis de l’Expérience (VAE) est possible. Vous obtiendrez alors un diplôme certifiant que vous possédez déjà les connaissances nécessaires à l‘exercice de votre nouveau métier, au même titre que si vous y aviez été formé.

Dans le cas d’une reconversion professionnelle globale, vous devrez certainement suivre une formation longue, de plusieurs mois voire quelques années. 

Dans tous les cas, votre consultant vous détaillera la liste des formations qui s’offrent à vous.

Quant au financement, les demandeurs d’emploi sont éligibles à plusieurs aides pour les accompagner dans leur projet de reconversion professionnelle !

Financer sa reconversion professionnelle quand on est au chômage

Financer sa formation

  • Le Compte Personnel de Formation (CPF) : toute personne active de plus de 16 ans possède un CPF sur lequel sont crédités 500 € par an, avec un plafond de 5000 €, permettant de financer n’importe quelle formation éligible au CPF. Les personnes ne possédant aucun diplôme, quel que soit le niveau, reçoivent quant à elles 800 € par an, avec un plafond de 8000 €. Vous pouvez consulter votre CPF ici.
  • La Préparation Officielle à l’Emploi (POE) peut aussi vous permettre de financer jusqu’à 400 heures de formation. Dans le cas d’une POE individuelle, vous ne pouvez en bénéficier que si vous postulez à un poste de salarié d’une durée d’au moins un an, quel que soit le type de contrat, et à condition que votre futur employeur l’accepte. 
  • L’Aide Individuelle à la Formation (AIF), complète les deux dispositifs précédents en couvrant l’intégralité des frais restant à votre charge.

Être rémunéré le temps de votre formation

Pour les bénéficiaires à l’Allocation chômage d’aide au retour à l’emploi (ARE), celle-ci se convertit en AREF (ARE-Formation), le temps de votre formation. L’AREF correspond au montant brut de votre ARE. Son montant net devrait par contre être supérieur puisque l’AREF est soumise à moins de taxes sociales. L’AREF est d’un montant minimum de 21,04 € par jour, cependant, elle ne peut pas excéder la durée restante de vos droits à l’ARE. 

Une fois votre AREF expirée, vous pouvez bénéficier d’une Rémunération de Fin de Formation (RFF), qui prend le relais de votre AREF pour un montant maximum de 685 € par mois sur 3 ans.

Si votre formation n’est pas financée par Pôle Emploi, les bénéficiaires d’une Allocation de solidarité spécifique (ASS) peuvent percevoir une Allocation Spécifique de Solidarité Formation (ASS-F).

Enfin, les stagiaires peuvent toucher la Rémunération publique des stagiaires (RPS) qui varie entre 130 et 652 € selon les profils, et qui peut atteindre 1932 € pour les travailleurs handicapés.

Grâce à ces diverses aides et allocations, vous pourrez donc suivre une formation adaptée et vous reconvertir professionnellement au plus vite !