Comment faire une reconversion professionnelle quand on est salarié ?

comment faire une reconversion professionnelle quand on est salarié

Sommaire

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Beaucoup pensent que la reconversion professionnelle implique un saut dans l’inconnu et des risques importants. Pourtant, de plus en plus de solutions sont à la portée de la reconversion professionnelle des salariés. La formation professionnelle est ouverte à tous, et ce même en parallèle de votre poste actuel. Il faut savoir que ce n’est pas une aide uniquement dédiée aux demandeurs d’emploi. Les aides de l’État ou d’entreprises spécialisées offrent un accompagnement rassurant. Comme le programme ProFactory par exemple. 

Quelles sont les grandes étapes pour ne pas manquer cette transition professionnelle ? C’est ce que nous allons voir ensemble. 

Faire un bilan personnel

Vous devez d’abord établir clairement les raisons qui vous poussent à vous reconvertir. En effet, il est important de différencier votre poste actuel et le métier que vous souhaitez exercer. Même si c’est un droit individuel, il est assez important de savoir pour vous voulez entamer un programme individuel de formation.

Si la reconversion professionnelle est vraiment la meilleure solution à vos yeux, alors un bilan personnel s’impose. Une action de formation réfléchie s’articule autour d’un bilan de compétences. Vous devez définir vos qualités et vos compétences. Mais aussi vos contraintes personnelles et familiales. Et les deux points primordiaux à prendre en compte sont le secteur géographique de votre reconversion professionnelle d’une part. Et d’autre part le mode de vie le plus adapté à votre situation personnelle. Votre vie professionnelle est forcément liée à votre vie personnelle.

Vos moyens financiers sont un autre aspect important dans votre bilan. Dressez la liste de vos dépenses actuelles et estimez vos revenus futurs, apportés par votre reconversion professionnelle. Vous avez également la possibilité de trouver un financement grâce à un organisme de formation adéquat.

Faire un bilan de votre environnement et de vos objectifs

Étude de votre environnement

Pour tout projet professionnel, vous devez étudier le secteur socioprofessionnel dans lequel vous vous projetez. Pour cela, vous trouverez des renseignements sur Internet mais aussi auprès d’entreprises ou de professionnels. Cette interaction dissipera également vos doutes et préjugés sur le métier que vous visez. Durant cette étape, vous avez le droit de faire appel à des partenaires sociaux qui sont experts en charge du conseil en évolution professionnelle. En plus de pouvoir vous dire s’il est nécessaire d’obtenir des certifications, ils sont capables de déterminer la sécurisation de votre avenir professionnel.

Des recherches sur les postes à pourvoir, ainsi que les lieux et entreprises qui embauchent, vous permettront d’estimer vos chances de réussite. Cela permet d’évaluer un projet de formation. C’est-à-dire se rendre compte s’il est viable ou non. Est-ce que votre parcours professionnel est en adéquation avec cette perspective d’évolution professionnelle ? Combien d’heures de formation seront nécessaires pour rattraper l’acquis de l’expérience de vos futurs collègues. 

L’objectif est d’établir un bilan final de vos compétences et de vous offrir une vue globale sur les moyens d’acquérir celles qui seront nécessaires pour atteindre votre but. 

Définir vos objectifs

Après avoir pris conscience des outils nécessaires à la réussite de votre reconversion professionnelle, vous devez définir vos objectifs et donc un plan d’action à suivre. 

Quelles sont les opportunités dans ce secteur ? En quoi vous correspondent-elles (emplois, création d’entreprise, etc.) ? Comment créer son réseau professionnel ? Quels sont les obstacles potentiels concernant cette activité ? Quelles sont les démarches administratives à effectuer ? Ai-je besoin d’une formation ? Comment la financer ?  Puis-je faire/envisager ma reconversion professionnelle en tant que salarié ?

Toutes ses interrogations sont nécessaires pour établir le plan d’action. Parfois, l’enthousiasme engendre de l’empressement. Mais il est important d’anticiper toutes les étapes de cette transition pour mieux rebondir en cas d’obstacles. Définir un rétroplanning est aussi un bon moyen de vous organiser dans le temps et de vous tenir à vos objectifs. En tant que demandeur de formation professionnelle continue vous devez savoir quel sera la validation des acquis nécessaire. Également si cela est réalisable à temps-plein ou à temps-partiel.

 

Trouver les ressources nécessaires à une reconversion professionnelle en tant que salarié

Au niveau régional, les salariés bénéficient d’aides : 

  • financières lors de l’implantation ou pour l’embauche ;
  • ou matérielles et logistiques avec le paiement de locaux adaptés ;
  • ou bien pour un accompagnement défini à l’aide de professionnels. 

De plus, en tant que salarié, il est possible d’utiliser son Compte Personnel de Formation (CPF) afin d’utiliser les financements destinés à entreprendre les formations dont vous avez besoin. Initialement, chaque salarié accumulait des heures acquises grâce au temps de travail. Dorénavant on ne parle plus d’heures acquises au titre mais en euros. Votre compte sera directement crédité en euros, ce qui donne une meilleure vision lorsqu’il s’agit de financer la formation. 

Le projet de transition professionnelle

Le projet de transition professionnelle permet à des salariés souhaitant changer de profession, d’avoir accès à un droit de congé ainsi qu’à un maintien de la rémunération et de la protection sociale pendant la durée d’une formation. 

Certaines conditions sont néanmoins nécessaires pour ce genre de changement d’activité. En effet, les formations éligibles pour ce projet sont référencées par MonCompteFormation. L’ancienneté du salarié doit être d’au moins 24 mois, consécutifs ou non, dont 12 mois dans l’entreprise. Des conditions particulières régissent la formation des salariés en CDD et en intérim. 

Une demande doit être formulée auprès de l’employeur :

  • 120 jours avant le début de vos formations, pour celles de plus de 6 mois,
  • ou 60 jours avant, pour celles de moins de 6 mois. 

La réponse de l’employeur sera donnée dans les 30 jours. En cas de non-réponse, le droit à la formation pourra tout de même être acquis. En général, les raisons évoquées pour un refus concernent un défaut d’ancienneté ou dans l’acte de demande. Un report restera possible dans les 9 mois, si l’employeur estime l’absence préjudiciable pour l’entreprise.

Le salarié en reconversion professionnelle doit faire la demande de prise en charge à l’association Transition Pro. Si la formation est en partie effectuée sur le temps de travail, alors c’est la Commission Paritaire Interprofessionnelle Régionale qui effectuera le versement à l’entreprise. Attention : la rémunération attribuée dépend de l’assiduité du salarié en formation.

Reconversion ou promotion par alternance (Pro-A)

Le dispositif Pro-A peut être utilisé dans le cadre d’une évolution ou d’une promotion professionnelle, mais aussi dans le cas d’une reconversion. Il est lié à l’évolution des technologies ou de l’organisation du travail, et évite l’obsolescence des compétences des salariés, principalement des CDI.  

Ce système offre la possibilité de changer de profession après avoir obtenu une certification professionnelle dans le cadre d’une formation en alternance. Accès sur la professionnalisation, cela permet de choisir son avenir grâce à un contrat d’apprentissage. Le contrat de professionnalisation est également une alternative possible dans certains cas de figure. 

Il dure de 6 à 12 mois et se compose de deux parties : une partie théorique et une autre pratique, réalisée en entreprise. Grâce à un avenant de contrat de travail négocié avec l’employeur, cette alternance permet un maintien de la rémunération et de la protection sociale du salarié. En suivant ce parcours vous favorisez votre insertion professionnelle grâce à des formations diplômantes.

Préparation de votre identité professionnelle

Finalement, quand vous serez prêts à vous lancer, il restera une dernière étape pour vous assurer une reconversion professionnelle réussie : soigner votre marketing personnel. Comme pour toute embauche, vous vous appliquerez à rédiger votre CV et votre lettre de motivation, mais préparerez également les raisons de votre reconversion professionnelle. Quel est votre plan de formation ? Quelles sont les actions de formations que vous avez prévu d’entreprendre ? Quelle qualification professionnelle visez-vous ? Quelles sont les connaissances et compétences acquises durant votre congé individuel de formation ?

Vous exposerez votre choix de reconversion professionnelle avec réflexion, raisonnement et cohérence afin d’instaurer de la confiance à vos futurs employeurs. De même, votre passion et vos connaissances du sujet doivent être évidentes. Un recul et une bonne préparation sont primordiaux pour vos futurs entretiens afin de présenter les liens indéniables entre votre vécu, vos compétences et votre nouveau métier. 

En conclusion, si la reconversion n’est pas forcément un pari risqué, c’est en partie parce qu’elle doit être réfléchie et préparée. Vos années d’expérience et ce choix de transition ne sont pas à cacher, bien au contraire, servez-vous en pour montrer vos compétences et votre détermination à réussir ce nouveau projet professionnel.