Comment envisager sa reconversion professionnelle à 50 ans ?

quelle reconversion professionnelle à 50 ans

Sommaire

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Aborder le cap des 50 ans n’est pas toujours une mince affaire, mais cette période charnière est l’occasion idéale pour dresser le bilan de son parcours, notamment professionnel. Avec l’expérience et la lucidité acquises, vous disposez de toutes les clefs pour définir la nouvelle voie à donner à votre carrière. Alors, quelle reconversion professionnelle envisager à 50 ans ? En recherche de sens, de découverte ou de défis, il n’est pas trop tard pour envisager un nouveau métier  : tout est encore possible à notre époque, et les opportunités ne manquent pas. Reste à concilier vos aspirations et la réalité du marché.

Comment choisir sa reconversion à 50 ans : l’heure du bilan… et des fondations

Vous ressentez le besoin de changement et souhaitez évoluer dans votre vie professionnelle : bonne nouvelle, vous avez eu le déclic et êtes prêts à entamer les démarches nécessaires.

Mais se reconvertir à 50 ans ne s’improvise pas, et il vous faudra prendre le temps de la réflexion pour faire les bons choix. Avant de définir votre avenir, penchez-vous sur votre expérience passée et tirez-en des enseignements. 

Posez-vous les bonnes questions :

  • Quelles sont vos réelles aspirations ?
  • Quels sont vos points forts et vos points faibles ?
  • Qu’avez-vous apprécié le plus et le moins au cours de votre carrière professionnelle ?
  • Quelles sont vos priorités ?
  • Est-ce votre métier actuel ou plutôt le secteur d’activité qui vous lasse ?
  • Pensez-vous manquer de compétences dans un domaine particulier ?
  • Avez-vous déjà une idée précise de votre nouvel objectif professionnel ?
  • Êtes-vous prêt à envisager une formation ?

Parce que le processus peut sembler complexe, ou encore parce que vous manquez peut-être de recul, l’accompagnement par des professionnels se révèle alors essentiel pour :

  • vous guider au mieux dans votre réflexion ; 
  • porter un regard neuf et objectif ;
  • structurer votre projet.

Le Conseil en évolution professionnelle (CEP) : les bases

Pour commencer à cadrer votre projet, vous pouvez demander à bénéficier d’un Conseil en évolution professionnelle. Accessible à tous, salarié ou indépendant, en poste ou demandeur d’emploi, dans le public comme dans le privé, ce dispositif d’accompagnement personnalisé présente l’avantage d’être gratuit. 

Se positionnant essentiellement comme un service d’information, il se compose de trois volets :

  1. un entretien individuel pour analyser votre situation professionnelle,
  2. une phase de conseil pour vous aider à définir votre projet, 
  3. un accompagnement dans la mise en œuvre de ce projet.

Si vous êtes en poste, rappelons que cet accompagnement doit être réalisé sur votre temps libre, mais des aménagements peuvent être apportés dans le cadre d’un accord de branche ou d’entreprise.

Voici la liste des organismes habilités à délivrer un CEP si vous avez 50 ans ou plus. Il s’agit d’opérateurs publics :

Le bilan de compétences : l’étape incontournable

Alors que le CEP vous permet de poser les bases de votre projet, le bilan de compétences, lui, se veut davantage tourné vers la formation en vous aidant à bâtir concrètement un plan de carrière.

Le bilan de compétences comporte également 3 étapes :

  1. un entretien préliminaire pour définir précisément vos besoins ;
  2. une analyse de vos aptitudes et vos centres d’intérêts, avec divers tests approfondis ;
  3. une synthèse, qui définit notamment les étapes de la mise en œuvre de votre projet.

Bien que la démarche peut rappeler de prime abord le CEP, le bilan de compétences se révèle beaucoup plus poussé et est plutôt axée sur l’action. Codifiée et suivant une méthodologie rigoureuse, la prestation peut durer jusqu’à 24 heures. Non seulement vous saurez comment mettre à profit votre savoir-faire et votre savoir-être, mais vous aurez désormais toutes les clefs pour entreprendre une reconversion de manière opérationnelle.

Réalisé cette fois par des organismes privés, soulignons que le bilan de compétences est un dispositif payant, mais finançable par le CPF.

L’Entretien information retraite (EIR) : mieux cerner les conséquences de votre reconversion

Car tout changement professionnel influe sur votre retraite, vous devez connaître les implications de votre reconversion. Anticipez et agissez en connaissance de cause ! C’est le but de cet EIR, entretien information retraite, gratuit et personnalisé. 

Pour en bénéficier, il suffit d’être âgé d’au moins 45 ans et d’avoir enregistré vos droits à la retraite auprès du régime français obligatoire.

Vous pourrez alors profiter de simulations de vos droits selon votre parcours et vos éventuelles réorientations. Un expert répondra à toutes vos questions afin que votre reconversion ne laisse aucune place à l’inconnu.

Quel métier choisir à 50 ans pour sa reconversion professionnelle ?

Et si vous deveniez indépendant ?

À 50 ans, votre expérience et votre connaissance du milieu ne font plus de doute. Vous avez également constitué un réseau avec lequel les plus jeunes ne pourront rivaliser : qui a dit que les portes se fermaient aux seniors ? Et s’il était temps de mettre à profit toutes ces années pour vous mettre à votre compte ?

Sans pour autant changer d’univers professionnel, vous pouvez vous lancer dans des activités de conseil, de coaching et de formation. Vous possédez l’expérience nécessaire, et si vous bénéficiez d’un réseau pour vos premiers clients, vous avez toutes vos chances. Reste à savoir se vendre ou à développer votre sens de la pédagogie, mais tout s’acquiert.

Sachez que des organismes de formation peuvent vous guider et qu’il existe justement des formations pour formateurs. Vous apprendrez par exemple chez Doceo Formation :

  • comment valoriser votre expérience,
  • comment transmettre votre savoir,
  • comment gérer votre activité.

Des secteurs porteurs

En règle générale, les PME apprécient l’emploi de personnes déjà formées et stables, qui ne quitteront pas l’entreprise après avoir acquis une première expérience.

De la même manière, les enseignes dans le commerce et la grande distribution comptent sur l’expérience pour trouver de bons profils de vendeurs, mais aussi pour manager des équipes.

Misez sur l’élan des nouvelles technologies, l’explosion du numérique et les politiques environnementales : de nouveaux postes sont à pourvoir, et surfer sur la vague, armé de votre expérience, pourrait bien vous porter chance.

Comment financer votre reconversion professionnelle à 50 ans ?

En plus de l’AFPA, l’Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes, divers organismes de formation sauront vous aider dans votre reconversion. Ces formations certifiantes ont l’avantage d’être financées de différentes manières :

  • Le CPF, Compte personnel de formation ;
  • Le CPF de transition professionnelle (ex-CIF) ;
  • L’AIF, Aide individuelle à la formation ;
  • Le PDC, Plan de développement des compétences ;
  • L’AREF, Aide de retour à l’emploi formation, pendant une formation validée par Pôle Emploi.

Si vous souhaitez vous reconvertir à 50 ans, sachez donc qu’il n’est pas trop tard et que vous bénéficiez de belles opportunités grâce à vos acquis. N’hésitez pas à vous faire accompagner pour préparer au mieux votre projet et vous épanouir dans votre nouvelle vie professionnelle !