Comment devenir formateur en freelance ?

comment devenir freelance

Sommaire

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

L’idée de devenir formateur à votre compte, en totale indépendance, vous attire ? Toutefois, vous ne savez pas exactement comment vous lancer et quelles démarches suivre ? 

Doceo Formation vous explique aujourd’hui comment devenir formateur en freelance et quelles options s’offrent à vous !

Le freelance, concrètement qu’est-ce que c’est ?

Le terme « freelance » ne fait pas référence à un statut précis, il sert simplement à qualifier les travailleurs indépendants, qui exercent une activité professionnelle sans être rattachés à une entreprise par un contrat (CDD, CDI, etc.). 

Le freelance propose une prestation d’achat/vente ou de services à ses clients. Ils sont alors liés par un contrat le temps de la prestation. Une fois la prestation réalisée, libre à eux de faire affaire ensemble à nouveau, ou non ! Le freelance, c’est donc la liberté.

Travailler en freelance est, de plus, compatible avec de multiples activités, dont celle de formateur ! Vous pouvez tout à fait proposer vos services de formateur comme freelance auprès de particuliers (en donnant des cours particuliers par exemple), pour un public plus large (en ouvrant une structure de formation), voire proposer vos prestations de formateur dans des entreprises comme intervenant, etc. Vous serez tout simplement indépendant et traiterez directement avec vos clients, sans dépendre d’aucune structure de formation.

Être formateur en freelance et rester salarié, c’est possible !

Rassurez-vous, si vous ne vous sentez pas de vous lancer pleinement en freelance, il est tout à fait possible de cumuler une activité salariée à côté. L’activité freelance reposant sur des prestations ponctuelles, elle ne vous assurera pas un salaire fixe. De nombreux freelances préfèrent donc conserver un emploi salarié en parallèle, dans un premier temps, et ne se lancent pleinement à leur compte qu’une fois leur carnet d’adresses (et de clients) bien rempli !

Toutefois, une règle s’impose alors : vous ne pouvez pas proposer vos services en tant que freelance dans le même secteur d’activité que votre entreprise. Les contrats de travail contiennent d’ailleurs souvent des clauses de non-concurrence, voire d’exclusivité

Si l’activité n’est pas la même, il n’y a pas de problème. Par exemple, vous pouvez tout à fait vous lancer comme formateur indépendant en freelance tout en étant vendeur dans un magasin. Votre activité en freelance ne fera aucunement concurrence à votre entreprise. En revanche, si vous êtes professeur d’anglais dans un institut privé, vous ne pouvez pas proposer vos services comme professeur d’anglais en freelance en même temps, car vous feriez concurrence à votre entreprise.

Les différents statuts juridiques des freelances

Nous l’avons vu, être « freelance » n’est pas un statut en soi. En réalité, vous pouvez vous déclarer freelance sous plusieurs statuts juridiques. À vous de comparer leurs avantages et leurs inconvénients. 

Deux possibilités s’offrent à vous :

  • L’entreprise individuelle : comme la microentreprise ou l’entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL)
  • La société indépendante : comme la SARL, la SAS ou la SASU

Le formateur freelance en entreprise indépendante

Se déclarer entrepreneur indépendant est certainement la solution la plus simple et la plus rapide, car les démarches administratives sont simplifiées et la comptabilité est allégée.

La microentreprise (anciennement l’autoentreprise)

Son principal avantage réside dans le fait que, si vous ne réalisez aucun bénéfice, vous n’aurez aucun impôt à payer. Cependant, votre responsabilité sera illimitée. En cas de dette, tous vos biens, à part votre résidence principale, pourront être saisis

Le statut de microentreprise impose aussi un plafond de chiffre d’affaires. L’activité de formateur entre dans la catégorie des « prestations de service et des professions libérales », dont le plafond est limité à 72 600 euros en 2021. Ce plafond évolue au fil des ans, tenez-vous donc bien informé.

L’Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée

L’EIRL est intéressante car elle vous permet de créer un patrimoine d’affectation professionnelle. Par exemple, si vous souhaitez acheter un local ou du matériel pour dispenser votre formation, vous pouvez inscrire ces biens au patrimoine d’affectation professionnelle. En cas de dettes, vos créanciers ne pourront saisir que ce patrimoine. Vos biens personnels seront intouchables. Ce patrimoine d’affectation professionnelle doit être recensé, actualisé et déclaré chaque année auprès du Registre du Commerce et des Sociétés (RCS) ou au Répertoire des Métiers (RM).

L’EIRL n’impose quant à elle aucun plafond de chiffre d’affaires. Bien entendu, vous changerez de régime selon votre chiffre d’affaires et, plus celui-ci sera élevé, plus vous serez soumis à une TVA élevée.

Le cumul des deux statuts

Vous pouvez décider de cumuler les deux statuts. Pour cela, déclarez-vous microentrepreneur et sélectionnez aussi la case EIRL. Vous devrez alors remplir les conditions des deux statuts : un chiffre d’affaires limité à 72 600 euros et une actualisation de vos biens à affectation professionnelle chaque année.

Le freelance en société indépendante

L’avantage de déclarer votre société indépendante est que vous pourrez déduire vos frais, et donc réduire votre imposition. Néanmoins, la création de votre société sera plus complexe que celle d’une entreprise. Il vous faudra notamment rédiger des statuts. Cette solution est à privilégier si votre chiffre d’affaires est élevé. Plusieurs options s’offrent à vous :

  • SARL ou Société à responsabilité limitée. Le dirigeant est considéré comme un travailleur non salarié.
  • SAS ou Société par actions simplifiée. Le dirigeant est salarié de la société.
  • SUSA ou Société par actions simplifiée unipersonnelle, lorsque vous êtes l’unique membre de votre société.

Comment devenir formateur freelance ? 4 étapes cruciales

Définir votre projet de formateur

Choisissez votre domaine d’activité. Le métier de formateur est très vaste. Que souhaitez-vous enseigner ? Vers qui souhaitez-vous diriger votre enseignement ? Cette étape est capitale, elle vous permettra de bien délimiter votre activité et d’être efficace dès votre lancement. 

Il est aussi très important d’évaluer le marché dans votre domaine. Vous ne serez certainement pas le seul formateur dans ce secteur. Pensez donc à regarder ce que proposent vos concurrents et n’hésitez pas à vous démarquer.

Organiser votre activité

Pensez aux aspects techniques et logistiques de votre prestation. Où souhaitez-vous donner votre formation ? Comment souhaitez-vous l’organiser dans le temps ? Préparez les détails administratifs, les contrats et vos tarifs.

Il peut aussi être très intéressant à cette étape de suivre une formation de formateur, afin d’être parfaitement opérationnel dans votre domaine. Doceo Formation peut vous initier au métier de formateur, vous sensibiliser aux exigences administratives auxquelles le formateur freelance est soumis, et vous préparer au passage d’audits Qualité pour obtenir vos certifications. Mettez toutes les chances de votre côté pour proposer un service de formation d’exception, qui prospérera dans le temps !

Déclarer votre activité de formateur freelance

Lorsque vous vous sentez parfaitement prêt à vous lancer dans cette nouvelle aventure, déclarez votre nouvelle activité de formateur freelance ! Vous choisirez alors votre statut d’entreprise ou de société.

Proposer vos services et faire votre publicité

Plusieurs plateformes dédiées aux prestations freelances sont disponibles sur le marché. Pensez à vous y inscrire pour proposer vos services. Créez aussi votre site internet et n’hésitez pas à être actif sur les réseaux sociaux pour mettre votre activité en avant ! Cela vous permettra d’atteindre plus facilement votre public cible et de l’inciter à suivre vos formations !