Comment demander une reconversion professionnelle ?

comment demander une reconversion professionnelle

Sommaire

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Se reconvertir : quoi de plus naturel ? Si les changements de carrière étaient plutôt mal vus il y a quelques années, ils sont aujourd’hui fréquents et même valorisés. En 2019, les projets de reconversion concernaient d’ailleurs 47% des actifs ! Parmi les raisons invoquées, le respect de ses valeurs et l’envie de vivre de sa passion occupaient les deux premières places du podium. Mais les motifs de reconversion sont beaucoup plus nombreux : changement de vie, ennui ou surcharge de travail, recherche d’un meilleur salaire… Les motivations variées dépendent bien souvent de nos conditions de vie.

Lorsque l’on envisage de changer de métier, on peut se sentir un peu seul face aux démarches à entreprendre. Comment savoir si son choix de reconversion professionnelle est le bon ? À qui adresser une demande de reconversion lorsque l’on souhaite se réorienter professionnellement ? Faisons le point ensemble sur les différents interlocuteurs qui sont à votre écoute, ainsi que sur les dispositifs à votre portée.

Deux solutions pour y voir plus clair

Le Conseil en Évolution Professionnelle (CEP)

Ce dispositif d’accompagnement est ouvert à tous, que vous soyez salarié du privé ou fonctionnaire, en CDI ou en CDD, ou bien demandeur d’emploi, indépendant, artisan, ou encore si vous exercez une profession libérale. Il est aussi ouvert aux étudiants, aux jeunes déscolarisés, et même aux retraités actifs.

Gratuit et confidentiel, le CEP est une première étape intéressante lorsque l’on souhaite se reconvertir grâce à un suivi personnalisé, un conseiller vous oriente ou vous aide à définir votre projet.. 

Avec le CEP, vous entamez votre reconversion avec toutes les cartes en main. Le conseiller vous apporte un regard extérieur sur votre environnement professionnel, sur l’économie locale, mais aussi sur vos compétences. À la fin, vous obtiendrez un document qui récapitule votre projet, votre stratégie, ainsi qu’un plan pour le mener à bien (avec une série d’actions ou un projet de formation par exemple).

Qui contacter ?

Si vous souhaitez trouver un conseiller en évolution professionnelle, tout dépend de votre situation actuelle :

  • Dans le cas où vous êtes fonctionnaire :
    • Fonction publique territoriale : rendez-vous sur le site du Centre National de la Fonction Publique Territoriale (CNFPT).
    • Fonction publique d’État : contactez le service des ressources humaines de votre ministère. Il vous attribuera un conseiller mobilité-carrière (CMC).
    • Fonction publique hospitalière : votre interlocuteur sera l’ANFH (Association Nationale pour la Formation permanente du personnel Hospitalier).
  • Si vous êtes salarié du privé : le Conseil en Évolution Professionnelle est proposé par différents organismes, selon votre région,
  • si vous êtes demandeur d’emploi ou dans une autre situation : vous pouvez vous adresser à Pôle Emploi pour votre suivi, mais aussi procéder à une demande de soutien auprès d’une mission locale si vous avez moins de 26 ans par exemple.

Faire un bilan de compétences

Tout comme le Conseil en Évolution Professionnelle, le bilan de compétences est un très bon outil pour définir votre projet de reconversion professionnelle. C’est une autre manière de concevoir un plan d’action concret qui vous permettra de vous lancer sereinement dans vos démarches. 

Ce bilan permet non seulement de faire un point sur vos compétences, mais aussi de vous donner confiance en vos capacités. Il s’agit quasiment d’un suivi psychologique, qui se concentrerait uniquement sur votre vie professionnelle. Donc, si vous avez des doutes concernant votre futur, que vous souhaitez vous réorienter mais que vous ne savez pas vers quel secteur vous diriger, ou encore si votre estime personnelle est à la baisse, il est peut-être temps de faire un bilan de compétences ! 

Qui contacter ?

Que vous soyez un salarié du secteur privé, fonctionnaire, ou encore demandeur d’emploi, vous disposez d’un Compte Personnel de Formation (CPF). Il est crédité tous les ans : en euros si vous êtes dans le privé (à raison de 500 € par an) et en heures si vous êtes fonctionnaire (25 h par an en moyenne). Vos droits et votre nombre de points de formation sont consultables sur le site officiel.

Vous pouvez utiliser votre CPF pour réaliser un bilan de compétences. Votre employeur peut vous accorder un congé de 24 heures au maximum pour le réaliser. Si ce bilan est effectué en dehors de votre temps de travail, vous n’avez pas besoin de le prévenir.

  • Si vous êtes dans le secteur privé : vous choisissez l’organisme qui effectuera le bilan de compétences. Vous le trouverez en contactant l’association Transitions pro de votre région. Il s’agit de structures agréées par l’État, gérées par un nombre identique de représentants syndicaux et de représentants des employeurs. Elles sont appelées Commissions paritaires interprofessionnelles régionales (CPIR).
  • Si vous êtes fonctionnaire : le mieux est de demander un bilan de compétences lors de votre entretien annuel de formation, ou pendant votre évaluation annuelle. Votre employeur doit vous répondre dans un délai de deux mois au maximum.
  • Si vous êtes demandeur d’emploi : vous pouvez demander à effectuer un bilan de compétences auprès de votre conseiller Pôle Emploi, que vous soyez indemnisé ou non.

Autres dispositifs à connaître 

Dans le secteur privé : le Plan de Développement de Compétences 

Depuis 2019, les entreprises privées sont invitées à formaliser un outil de pilotage, qui permet d’avoir un aperçu global des compétences de leurs salariés. Les formations proposées dans le cadre du Plan de Développement de Compétences relèvent de l’initiative de l’employeur. Mais le salarié peut quand même demander à en bénéficier.

Si votre entreprise a mis en place ce dispositif, vous pouvez demander à l’utiliser dans plusieurs cadres : 

  • effectuer un bilan de compétences ;
  • demander une validation des acquis de l’expérience : la VAE vous permet d’obtenir un diplôme en rapport avec une activité professionnelle que vous exercez ou avez exercée ;
  • une reconversion ou promotion par alternance (Pro-A) : ce dispositif est un plan de formation personnalisé. Si vous ne possédez pas déjà une qualification correspondant à une licence, il peut vous permettre de vous former grâce à l’alternance.

La période de mise en situation en milieu professionnel

Ce dispositif consiste en une période d’immersion dans une entreprise. C’est donc une sorte de stage, qui doit vous permettre de développer vos compétences et votre expérience sur un nouveau poste. Cependant, vous pouvez en bénéficier seulement dans certains cas : 

  • si vous êtes en CDD d’insertion ou en Contrat Unique d’Insertion (CUI) ;
  • si vous êtes demandeur d’emploi, suivi par une mission locale, accompagné par Cap emploi ou bénéficiaire du RSA.

Conclusion

Si vous envisagez de vous reconvertir, le mieux est d’abord de trouver un appui et des conseils personnalisés. Les conseillers en évolution professionnelle ou le dispositif de bilan de compétences vous permettront de prendre confiance en vous et de faire le point. Par la suite, si vous envisagez de suivre une longue formation pour vous reconvertir, vous pourrez toujours demander un congé pour formation professionnelle. Maintenant que vous savez qui contacter/à qui vous adresser pour entamer les démarches, n’hésitez pas à vous lancer !

comment recruter un formateur

Comment recruter un formateur ?

Vous êtes un particulier, un organisme de formation ou une entreprise privée ? Vous cherchez le prochain formateur talentueux qui boostera vos connaissances et vos

Lire Plus »